FODERE, laboratoire de préparation en paléontologie
  La préparation
 

La préparation

Nous présenterons ici une partie des connaissances concernant la préparation paléontologique. Celle-ci est pratiquée depuis la fin du XXIème siècle, mais les connaissances n'ont que peu évoluées depuis. Heureusement, certains amateurs essayent de trouver des solutions pour préparer les fossiles, et certains scientifiques ont même écrit quelques livres sur cette partie de la paléontologie. 


Découverte de la bête de Maastricht


Pour se faire nous avons réalisé une étude de 6 mois où nous avons testé diverses substances sur des spécimens. Nous avons connu certains échecs il faut l'avouer mais aussi des réussites. Il est difficile de créer une rubrique sur la préparation car chaque fossile, même s'il appartient au même gisement qu'un autre, peut ne pas se préparer de la même manière ; cela dépend de leurs caractéristiques, d'ordres anatomiques, chimiques etc...
Nous tenterons de vous expliquer les fils conducteurs à suivre. Si vous doutez avant de commencer une préparation n'hésitez pas à nous contacter, nous répondrons du mieux que nous pourrons.



Détail des vertèbres caudales d'un Goulmimichtys arambourgi du Turonien d'Asfla (Maroc)


I. LA DECOUVERTE

Lorsque vous découvrez un spécimen faite bien attention à la façon de le sortir de terre, il serait dommage d'anéantir un fossile qui a survécu à des millions d'années. Il faut aussi faire attention à ne rien rater... il faut, si c'est possible, bien dégager une zone tout autour du fossile pour voir s'il n'y a pas la suite qui traine ! Si le fossile et fragilisé il est souhaitable d'utiliser du paraloïd B72, un consolidant ou au pire des cas du plâtre. Ensuite nous conseillons de dégager toute la zone qui est autour sans toucher au spécimen. Puis il faut prendre le maximum de gangue, ainsi vous pourrez transportez plus aisément le fossile (environ 2 fois plus de gangue que de fossile). Dans les cas extrême, comme pour des squelettes ou les pièces fragiles on utilise du plâtre. Une fois que vous retirez le fossile, il faut le protéger pour le transport.

   

Découverte d'un crâne de poisson non décrit dans la région d'Asfla


II. LE NETTOYAGE 

Avant de passer au dégagement mécanique un nettoyage est souvent nécessaire, il peut s'effectuer tout simplement avec une brosse à dent ou avec des outils de chirurgie dentaire. Pour certains fossiles il est nécessaire d'humidifier la gangue afin de rendre le nettoyage plus facile. Cependant il faut savoir que l'eau peut abimer le fossile. Le mieux c'est de toujours effectuer un test sur une partie peu visible du fossile.
Après ce léger nettoyage, certaines formes sont révélées : il faut les consolider si elles sont fragiles avec du Paraloïd B72. Si vous en verser trop, il suffit passer une solution d'acétone (c’est un diluant, il n'endommagera pas le fossile, mais détruira la colle) cependant ne plonger jamais en entier un fossile dans cette solution ; en effet cela casserait les liaisons créées par le Paraloïd B72 lors de la consolidation, et si votre fossile est fragile, il se détruira.
Une fois le nettoyage effectué une préparation plus conséquente peut être envisageable.



Préparation sur un crâne de Goulmimichtys arambourgi

 
  Aujourd'hui 8 visiteurs sur Fodere  
 
Contact: labofodere@gmail.com